Accueil PokerStars
Steven Moreau analyse son SECOOP
Pour ce mois-ci j'ai décidé de vous transmettre et d'analyser une main que j'ai joué durant le SECOOP sur un tournoi au buy-in de 50 €.

Nous sommes à ce moment-là en début de tournoi, les blindes sont à 40/80 et nous avons commencé avec un stack confortable de 15 000 jetons.
« EstPokerLucky » décide de relancer à 200 jetons depuis la position UTG + 1. Il est payé juste à sa gauche par « Alin Iphone », puis par « RubioD89 » en milieu de parole. De petite blinde, le joueur « Karim sbd » décide de placer un squeeze à 1 320 jetons. Nous sommes en Grosse Blind avec KK et nous allons voir comment essayer de prendre le maximum de jetons avec notre très belle main.



Tout d'abord, « Karim sbd » semble avoir une main très forte ici, je ne l'imagine pas s'amuser à placer un squeeze avec une main faible dans cette situation. Même si ce serait très bien joué, peu de joueurs s'aventurent à ce genre de moves avec une telle profondeur. De plus, nous faisons face à une relance UTG+1 et un call UTG+2, ce qui montre tout de même beaucoup de force à une table de 9 joueurs.

Il est très important d'analyser la range de ce joueur avant de prendre notre décision, j'estime sa range aux grosses paires JJ / QQ / KK / AA, ainsi que AK. Et je rajouterais de temps en temps des mains un peu plus « faibles », comme AQ et quelques 99 / TT qui se sont perdues en chemin.

J'ai évidemment 2 options qui s'offrent à moi. Je peux me contenter de payer, ce qui aurait comme avantage de masquer la force de ma main. Ou je peux relancer pour essayer de prendre le maximum de jetons tout de suite. Je décide de prendre la deuxième option car si je me contente de payer, je ne suis pas à l'abri que le joueur UTG+1 s'invite également, voire le joueur UTG+2. Mon équité avec KK n'est évidemment pas la même en tête-à-tête ou face à 3 joueurs.

De plus, s'il a des mains comme AK ou QQ, j'ai envie qu'il mette tout maintenant plutôt qu'il se contente de payer avec une main comme AK qui ne donnerait plus aucune action sur un board du type 449 ou une main comme QQ sur un board AKx.

Je décide donc de relancer en utilisant un sizing assez petit, à 2 900, pour lui donner un effet de levier intéressant et lui donner envie de faire tapis. Evidemment le problème ici est que je montre une force énorme. Cependant, ce joueur n'étant pas un régulier, je peux réussir à l'exploiter en faisant cette taille de mise car je sais que soit il fera tapis, soit il n'arrivera pas à jeter sa main maintenant et je pourrai essayer de récupérer plus de jetons après le flop.

La parole lui revient et il décide de compléter ma mise, ici je pense exclure AA, une main avec laquelle il aurait fait tapis. Je pense qu'il aurait shove la plupart de ses AK. Je lui mets donc une range assez forte qui inclut KK également / QQ / JJ et parfois quelques 99/TT/AQ qui sont en train de sur-jouer leur main.

* FLOP *
Pot : 6 200 jetons.

Le flop tombe, il est très sec. Et même s'il semble bon pour ma main, il n'est en réalité pas optimal. Pourquoi ? Tout simplement parce que QQ fait vraiment partie de sa range et qu'il n'y a pas énormément de mains moins bonnes qui vont me donner de l'action sur ce flop. J'ai une nouvelle fois deux options. Soit je check pour feindre l'abandon et espérer récupérer une mise chez mon adversaire, soit je commence à miser pour faire gonfler le pot comme je l'aurais fait si j'avais eu dans ce spot un hypothétique bluff. S'il a QQ, c'est un sacré setup mais j'aurais du mal à m'en sortir. J'estime cependant avoir de la value à tirer contre quelques mains et décide de miser tout petit à 1 280, soit environ 1/5e du pot. C'est une mise que j'aurais effectué avec toute ma range, elle a pour intérêt de m'offrir un bon rapport risk/reward quand je suis en bluff, mais également d'essayer d'induire une bêtise chez mon adversaire. Il réfléchit et paye rapidement.

Ici sa range s'est globalement bien réduite à AA / KK / QQ / JJ et quelques AQ. Je pense encore une fois que AA aurait probablement 5-bet préflop donc j'exclue cette main et garde les autres.

* TURN *
Pot 8 800 jetons.



La turn est totalement anodine et mon adversaire check de nouveau, si l'on se réfère à la range que je donne à mon adversaire un peu plus haut, on se rend bien compte qu'ici je n'ai que très peu de value à miser, à part face à un AQ qui a surjoué totalement sa main. Je n'ai pas 2 streets de value sur cette texture de board et dans ce spot. Je décide de check back, ce qui offre plusieurs avantages.

Premièrement cela permet de contrôler la taille du pot et de ne pas tout perdre si notre adversaire a QQ par exemple, cela offre aussi la possibilité de faire croire à notre adversaire que nous sommes en train d'abandonner dans les cas hypothétiques ou nous étions en bluff. Pour ma part, je sais que je n'aurais jamais pris un spot de cold 4-bet bluff à ce moment du tournoi, cependant mon adversaire n'est pas censé le savoir. Nous nous retrouvons dans un spot où nous n'avons que très peu de value et où il y a très peu de protection à avoir. Lorsque ces 2 éléments sont réunis, il n'y a qu'une seule solution valable : checker.

Dans ce coup, nous avons la position, ce qui est extrêmement important au poker, et nous avons donc l'avantage de savoir ce que fera notre adversaire à la river avant nous.

* RIVER *
Pot 8 800 jetons.

Si mon adversaire mise ici, je serai a priori obligé de me coucher (tout dépendra de la taille de sa mise évidemment) car je ne battrai aucune main en value chez lui. Et comme dans ce spot précis, il est quasiment impossible de trouver des bluffs, je pense que je devrais rendre ma main au croupier et passer à la suivante.
Cependant mon adversaire décide une fois de plus de me rendre la parole ! Bingo, mon adversaire n'a quasiment jamais QQ ici car il aurait certainement misé pour espérer prendre de la value. Il n'a définitivement plus AA dans sa range non plus car il aurait eu aussi envie de miser avec cette main. Il lui reste alors KK, qui est peu crédible, et 2 mains contre lesquelles je peux espérer me faire payer : JJ ou AQ. Une fois de plus je pense qu'AQ semble ambitieux car il a squeeze depuis la petite blind en début de tournoi, puis il a call un 4-bet. Cependant, ce joueur étant a priori un récréatif, cela reste encore plausible. Sa range la plus crédible à ce moment du coup reste cependant assez claire et nette : JJ, voire TT. Il est temps maintenant de choisir quel montant nous devons utiliser pour nous faire payer.

Je pense ici avoir 2 options valables : miser tout petit pour être sûr de me faire payer par ces mains-là. Une mise d'environ 1500/2000 pour frustrer mon adversaire et lui laisser la possibilité d'être curieux, ou me polariser totalement et faire tapis.

Je pense que, vu le profil de mon adversaire qui semble récréatif, l'intérêt de mettre tapis me semble plus judicieux. Je décide donc de me polariser totalement et de miser mes 9 100 derniers jetons dans un pot qui en fait 8 800. Cette mise, qui peut faire croire à « un arrachage » couplé au fait que j'ai checké la turn et face à ce profil de joueur, me donne vraiment l'idée qu'il aura du mal à se coucher si nous avons bien analysé sa range.

Après quelques secondes, notre adversaire paye rapidement et muck sa paire de Valets.

Nous avons finalement fait une bonne lecture, et la line que nous avons choisi fut sans doute la meilleure dans ce coup. Evidemment, notre adversaire aurait pu se coucher sur la river car il ne battait pas grand-chose mais il faut parfois bien cibler ses adversaires et les exploiter au maximum !

On se retrouve bientôt pour de nouveaux streams sur la chaîne Twitch de PokerStars France et pour un nouvel article stratégique !

Passez de bonnes fêtes !
 
N'hésitez pas à commenter et à donner vos avis en bas de cet article.

X Informations sur les cookies

Nous avons placé des cookies sur votre ordinateur afin d'améliorer votre expérience sur notre site web. Vous pouvez modifier vos paramètres de cookie à tout moment. Dans le cas contraire, nous considérerons que vous acceptez de poursuivre votre navigation.