Accueil PokerStars
  • If this is your first visit, be sure to check out the FAQ by clicking the link above. You may have to register before you can post: click the register link above to proceed. To start viewing messages, select the forum that you want to visit from the selection below.

Announcement

Collapse

Plan 2019 !

Bonjour à tous !

Plusieurs changements d'importance sont prévus pour l'année 2019.
De nouvelles promotions, une mécanique quelque peu remaniée et toujours plus de récompenses sont au programme.

Jetez donc un oeil au topic dédié.
https://www.pokerstarsschool.fr/foru...enir-pour-2019

Votre feedback est le bienvenu... mieux, il est récompensé !

Venez discuter de tout ça avec nous !
See more
See less

Pourquoi l'Allemagne gagne toujours à la fin (et l'Angleterre perd toujours)

Collapse
X
  • Filter
  • Time
  • Show
Clear All
new posts

  • Pourquoi l'Allemagne gagne toujours à la fin (et l'Angleterre perd toujours)

    Quand la plus prestigieuse compétition de football débutera cet été en Russie, les fans du monde entier rêveront d'un parcours inoubliable pour leur équipe favorite. Jusqu'à la finale de Moscou le 15 juillet si possible ! Cette année les enjeux ne sont pas que sur le terrain... Avec la mise en place du Stars £100 Million Challenge, tous les résultats sont encore plus cruciaux. Si les étoiles s'alignent durant 64 matches, il y a de quoi devenir millionnaire.

    Qui dit beaucoup d'argent dit beaucoup de pression et ce sont des sensations uniques qui se profilent. Chaque joueur ayant rempli sa grille du Stars £100 Million Challenge va redouter le match nul dans un match à élimination directe alors que la fin des 90 minutes se profilent. Pas de but en prolongations, un dernier coup de sifflet de l'arbitre et c'est l'heure de la séance redoutée des penaltys.

    Cet ultime affrontement est un juge imparfait, une réponse du destin entre deux camps exténués après deux heures de bataille.
    Les Dieux du Foot vont venir danser sur le terrain, malheur aux vaincus... Les jeux sont faits !

    Trois Lions qui pleurent

    La sélection anglaise a un blason qui regroupe trois lions... pour les fans de ce pays la séance de tirs au but est le pire des scénarios, ils perdent en effet très souvent. « Je considère que nous avons perdu », concède Ben Spragg, plus connu sous le pseudo de Spraggy, ambassadeur de PokerStars. « C'est terminé, nous sommes déjà éliminés. Si nous ne faisons pas la décision avant, on peut considérer que c'est la fin de partie », ajoute-t-il.

    vardy.jpg
    Jamie Vardy sera un des tireurs anglais en Russie
    Ce pessimisme est le résultat de l'expérience. Depuis l'introduction des tirs au but dans les tournois de football internationaux en 1976, l'Angleterre a joué son destin à 7 reprises dans cet exercice. Ils ont perdu à 6 reprises : durant les Coupes du Monde 1990, 1998 et 2006 mais aussi trois fois lors les championnats d'Europe (1996, 2004 et 2012). L'Italie est la seule équipe à avoir perdu autant de fois aux tirs au but... mais les Transalpins ont battu les Trois Lions durant leur seul face-à-face en quarts de finale lors de l'Euro 2012 en Ukraine.

    Les Anglais ont la phobie des 11 mètres 50 (la distance du point de penalty, ndlr), leur dernier succès remontant à une séance à domicile lors de l'Euro 1996, contre l'Espagne en quarts.

    Lors du match suivant, à Wembley, les partenaires d'Alan Shearer se sont inclinés contre leurs ennemis jurés, l'Allemagne... une nouvelle fois aux penaltys ! « Les Allemands semblent aller aux penaltys juste pour s'éclater » en rigole Spraggy.

    L'Allemagne excelle dans l'exercice avec un bilan presque parfait de six succès en sept séances de tirs au but. On passe à quatre sur quatre en ce qui concerne les Coupe du Monde. Le seul échec, en finale de l'Euro 1976, n'a donc traumatisé personne et les supporters sont donc confiants quand il faut appeler les Dieux du foot.

    La séance de 1996 a elle marqué une génération de fans anglais. Déjà à Turin, lors de la Coupe du Monde 1990, les larmes de Paul Gascoigne après une élimination aux tirs au but avaient fait mal... six ans plus tard, toujours en demi-finale, le scénario s'est répété mais cette fois à la maison.

    Andreas Möller est ses partenaires ne feront pas de sentiments pour aller chercher un nouveau titre quelques jours plus tard, face à la République Tchèque.

    Les Allemands sont carrés

    Les statisticiens du football se sont largement intéressés à la disparité des résultats entre l'Angleterre et l'Allemagne dans cet exercice particulier où la pression est à son comble. Quel est le secret de la réussite allemande ?

    Pour Raphael Honigstein, c'est « une combinaison de facteurs ». « Je pense que la technique est meilleure et qu'ils s'entraînent plus dans cet exercice », explique ce journaliste spécialisé dans le football. « Il y a aussi un aspect purement psychologique, surtout côté anglais. Ils arrivent à cette séance avec la peur au ventre et la certitude que la défaite est au bout. Ce n'est pas tangible ou quantifiable mais à ce niveau les détails de ce genre font la différence », ajoute-il.
    neuer.jpgManuel Neuer, un rempart de choix pour les penaltys
    L'analyse d'Honigstein sort ensuite un peu plus des sentiers battus puisqu'il ne décrit pas des joueurs allemands métronomes comme des robots. Selon lui, la force des Allemands dans l'exercice repose sur la compréhension que la défaite est possible. Leur approche est rationnelle, ils acceptent l'incertain dénouement de la séance à venir mais se préparent au meilleur.

    « Il n'y a pas d'obsession des penaltys en Allemagne car les supporters voient leur équipe souvent perdre aux penaltys dans une compétition domestique, il n'y a pas de charge émotionnelle pour eux. D'ailleurs n'oublions pas que lors du dernier duel de tirs au but entre Anglais et Allemands, Chelsea avait battu le Bayern Munich en finale de la Champions League », poursuit-il.

    « L'idée que l'équipe nationale est invincible dans cet exercice n'existe pas, surtout après la séance plutôt comique face à l'Italie », enchaîne le spécialiste en faisant référence à l'Euro 2016 où les Allemands ont fini par battre l'Italie 6-5 durant la séance... après avoir manqué 7 fois la cible.

    vait donné un arrêt facile à Gianluigi Buffon, Mesut Özil avait frappé le poteau et Bastian Schweinsteiger s'était montré tremblant. C'est grâce aux manqués de Simone Zaza, Graziano Pellè, Leonardo Bonucci et Matteo Darmian que les Allemands avaient survécu... à l'issue d'un duel à suspense mais où de nombreux joueurs avaient craqué.

    « Il y a beaucoup de choses qui échappent à tout contrôle lors des penaltys. Ce sont les moments individuels, un peu de chance ou l'absence d'un coup de pouce du destin qui font la différence (dans les derniers matches des grandes compétitions) », termine Honigstein.

    La chance vraiment ?

    Insister sur la chance qu'il faut pour franchir une séance de tirs au but permet de réconforter ses copains supporters déçus... et éliminés. Comme au poker, les fans parlent d'un lancer de pièce, un pile ou face pour la gloire mais si l'échantillon est faible voire inexistant, les 14 % de réussite de l'équipe d'Angleterre dans l'exercice laissent un goût amer à ses supporters ! Il est aussi difficile de trouver un joueur de poker honnête qui a perdu six fois de suite dans cette situation, et en cas de série assassine un bon joueur saura rigoler de la variance.

    « Savoir qu'il y a une probabilité de perdre booste la confiance. Tu as déjà accepté le pire qui peut se produire », explique Spraggy. « Les joueurs de poker ont l'habitude de jouer correctement et de perdre, c'est très différent dans le sport de haut niveau où les meilleurs s'attendent à gagner », poursuit celui qui se transforme en psychologue de l'équipe d'Angleterre.

    « Ne vous souciez pas de chaque penalty en tant que tel, ne vous inquiétez pas de la pression du moment. Vous pouvez tirer un penalty comme chaque dimanche en championnat, il faut se concentrer sur l'aspect technique du geste, marquer un penalty est simple, vous l'avez déjà fait. Faites le vide. Concentrez-vous sur ce que vous avez à faire, prenez ce penalty et marquez »... tel serait son speech à ses joueurs avant la séance décisive.

    L'histoire pèse sur les fans et les joueurs anglais, l'absence de titre au plus haut niveau depuis 1966 à transformer l'attente en véritable obsession pour les inventeurs du football. Chaque trophée qui s'échappe aux tirs au but creuse le sillon du traumatisme, la faillite anglaise aux penaltys devient aussi bien un symptôme que la cause des échecs à répétition.

    Honnigstein n'a d'ailleurs pas du tout le même discours qu'un journaliste anglais. L'Allemand ne tient pas rigueur à Ole Hoeneß, l'attaquant de l'Allemagne des années 70, qui serait le responsable de l'échec lors de la finale de 1976. Hoeneß avait mis un missile au-dessus de la barre pour envoyer les Tchécoslovaques au paradis. Au contraire des tireurs qui ont raté pour l'Angleterre, sa légende de joueur n'a pas souffert de cet échec. « Cela a été oublié car l'Allemagne a gagné avant et après, certaines personnes s'en souviennent mais je ne pense pas qu'en 2018, des Allemands soient énervés que l'Euro 1976 se soit envolé aux tirs au but », poursuit-il.
    gettyimages-452118130.jpgL'Allemagne au sommet au Brésil, en 2014
    Champions... des perdants

    Par contraste les suiveurs anglais se complaisent dans l'échec. Comme la plupart des supporters de l'équipe de foot britannique, Spraggy peut dresser la liste des nombreux joueurs qui ont raté un penalty pour l'Angleterre.
    Il n'oublie pas l'ailier Chris Waddle, auteur d'un raté décisif lors de la séance contre l'Allemagne en demi-finale de la Coupe du Monde 1990. Quand il a envoyé sa frappe au-dessus des hauteurs de Turin, Spraggy n'avait que deux mois ! Même s'il n'a vu que des replays, le souvenir est vivace.

    « C'est comme au poker, dans le sens où tu ne te souviens que des mauvais coups. Je suis persuadé que nous avons tiré des penaltys fantastiques et qu'il y avait de grands joueurs mais il y a ce biais qui pousse notre mémoire à ce souvenir des défaites. Je ne me souviens pas qui a marqué le penalty victorieux contre l'Espagne au tour précédent. Mais je sais pour Chris Waddle et Gareth Southgate à l'Euro 96 », continue Spraggy.

    Southgate est maintenant le sélectionneur de l'Angleterre, il a la tâche peu enviable de convaincre ses joueurs que ce qu'il a raté, ils peuvent le faire. Il amène une équipe jeune en Russie - sept des 23 joueurs étaient déjà nés lors de la fameuse séance de 1990 - et sa simple présence pourra probablement les convaincre que la fin du monde n'aura pas lieu en cas de raté décisif.
    southgate.jpgDésormais sélectionneur, Gareth Southgate avait raté en 1996 - pourra-t-il faire mieux du banc de touche en 2018 ?
    Même Honigstein voit de l'espoir pour l'Angleterre. « En refaisant cette séance aujourd'hui, la fin pourrait être différente. On ne peut pas prévoir le futur, les temps ont changé mais il est impossible de dire que l'Allemagne est invincible dans cet exercice. »

    La marche sera de toute façon haute pour l'équipe d'Angleterre lors de la Coupe du Monde 2018. Pour BetStars la cote est à 18... en comparaison l'Allemagne est à 5,25.

    Il va donc falloir se montrer perspicace pour remporter le Stars £100 Million Challenge, et y croire : « Tu ne t'attends jamais à gagner le Sunday Million quand tu le joues et tu n'es jamais surpris quand tu sautes du tournoi, mais chaque dimanche, tu penses que c'est le bon », lâche Spraggy en conclusion.

    Le livre de Raphael Honigstein Bring The Noise: The Jurgen Klopp Story est désormais disponible. Pour gagner un exemplaire rendez-vous sur le compte @BetStars maintenant !

  • #2
    Il est tres result oriented l’ambassadeur de PS

    Comment


    • #3
      ) :d:d:d:d:d:d:d:d

      Comment

      Working...
      X

      X Informations sur les cookies

      Nous avons placé des cookies sur votre ordinateur afin d'améliorer votre expérience sur notre site web. Vous pouvez modifier vos paramètres de cookie à tout moment. Dans le cas contraire, nous considérerons que vous acceptez de poursuivre votre navigation.