3 Conseils pour Apprendre les Ranges Pré-flop

PokerStarsSchool | Cash Games

La surcharge d’information est un des plus gros pièges dans lequel on peut tomber quand on débute au poker. Il y a énormément de concepts à maîtriser et de processus de réflexion à comprendre. Les tableaux de stratégie pré-flop sont d’ailleurs le meilleur moyen de saturer votre cerveau. Alors, comment tirer le meilleur de ces tableaux pleins de couleurs qui sont désormais stockés sur votre ordinateur ?

  1. Apprenez le Pourquoi, pas Juste le Quoi

Apprendre par cœur une phrase, une suite de mots, de chiffres ou de lettres est pratiquement impossible à moins de donner une signification à cet ensemble. C’est exactement ce que vous devez faire avec les ranges de mains. Prenez la phrase suivante :

« Il n’est pas conseillé de laisser une poule tomber sur un œuf cassé. Une fois qu’elle le goûte, elle est tentée de casser et consommer ses propres œufs. Et cela implique moins de nourriture sur la table au moment du petit déjeuner ! »

Quand on comprend le sens de l’information que nous apprenons, tout fonctionne. Il n’est pas important de retenir le paragraphe au mot près pour en comprendre la signification. De cette façon, nous pouvons transmettre cette même information à une autre personne sans problème, même plusieurs jours après avoir nous-mêmes pris connaissance de cette info.

Les joueurs apprentis qui demandent le « quoi » en apprenant les ranges essaient simplement d’en savoir plus sur les poules qui mangent des œufs en retenant chaque lettre de la phrase au lieu d’essayer de comprendre le sens général de la phrase.

Imaginons que vous observez un tableau de range et notez qu’il est recommandé de payer depuis la grosse blind avec 75s suite à une relance de la petite blind. Demandez-vous pourquoi. Est-ce que cette main n’est pas un peu dangereuse ? Et bien, voyons son équité contre une range d’open de la petite blind. Si cette dernière joue environ 50 % des mains, alors 75s a 38 % d’équité. Vous investissez 1,5 blinds pour en gagner 3,5 donc votre cote est de 2 contre 1. Cela signifie que vous devez récupérer moins de 33 % du pot en moyenne pour payer. Etant donné que vous êtes en position, payer a du sens. A partir de là, vous pouvez en déduire qu’il y a beaucoup d’autres mains avec lesquelles vous pouvez payer dans cette situation et vérifier le cas échéant sur le tableau de range lui-même.

  1. Classez les Mains dans des Groupes

Au lieu d’essayer de vous souvenir de chaque main de manière individuelle, essayez simplement de les classer dans trois catégories : dépareillées, assorties, pairées.

Par exemple, imaginons que nous essayons de nous souvenir de la range que nous devrions 3-bet en petite blind contre le cut-off. Tout d’abord, nous voulons définir la plus mauvaise main dépareillée que nous pouvons 3-bet. Ce sera en général une main comme KQo ou AJo. Ensuite, nous devons penser aux mains assorties. Etant donné que nous avons beaucoup plus d’EV dans les gros pots en raison de leur faculté à battre de grosses paires de temps en temps, nous pouvons 3-bet beaucoup plus large (encore une fois, demandez-vous pourquoi). On parle ici de mains comme A3s, 98s ou QTs. Passons aux paires. Facile, nous 3-bettons jusqu’à 77 ou 88 ici. Surrelancer de plus petites paires ferait grossir notre range de 3-bet dans de trop grandes proportions.

Si vous êtes plutôt du genre à mémoriser visuellement, vous pouvez même photographier le tableau dans votre tête et imaginer les couleurs et ce qu’elles représentent. Pourquoi ne pas imaginer la range de 3-bet au cut-off comme une forme qui va du coin supérieur gauche (AA) au coin inférieur droit (72o). A quel point cette forme est large à plusieurs endroits du tableau ?

  1. Ecartez-Vous Souvent, ne Soyez pas Rigide

Au lieu de vous demander de manière obsessionnelle si JTs est un 3-bet 25 %, 50 % ou 75 % du temps, essayez simplement de comprendre que quand certaines mains sont recommandées dans une stratégie équilibrée entre payer et se coucher, relancer et se coucher ou payer et relancer, il y a peu de différence dans le gain potentiel de chaque play, en tout cas, contre un joueur dans la moyenne. Il y aura très peu de différence si la fréquence de relance diffère quelque peu du tableau. En revanche, ne pas exploiter les reads que vous aurez sur un joueur pour trouver la meilleure line exploitante fera beaucoup de mal à votre win-rate.

Si votre adversaire est une grosse calling station, alors ne suivez pas le conseil qui dit de 3-bet 97s 25 % du temps. Au lieu de ça, surrelancez 0 % du temps et payez la relance pré-flop de ce joueur dans l’idée de remporter un gros pot si vous touchez le bon flop. D’un autre côté, si votre opposant est un joueur qui se couche tout le temps face aux 3-bets, alors passez à une fréquence de 100 % de 3-bet pour cette main.

Conclusion

Le plus important est de comprendre que les tableaux sont une stratégie générale à utiliser contre des joueurs solides ou sur lesquels vous n’avez aucune information. Dès qu’un joueur démontre qu’il n’est pas au niveau, il est vital de vous demander comment nos tableaux changent dans cette situation.

Au moment d’apprendre les ranges, soyez curieux, organisé et flexible.

Loading more content...