Principe de l’entonnoir pour orienter les ranges

Nobody2627 | il y a 2 mois dans Cash Games

Aujourd’hui, nous allons parler d’une stratégie exploitante qui compte parmi les plus efficaces du jeu. Orienter la range d’un joueur grâce au principe de l’entonnoir, cela signifie effectuer une action qui va le pousser à jouer trop de mains d’une façon spécifique, rendant ainsi son jeu déséquilibré et exploitable. Tous les meilleurs joueurs professionnels appliquent le principe de l’entonnoir pour battre leurs adversaires plus faibles. Quand vous utilisez le principe de l’entonnoir, vous jouez de façon active.

 

Exemples courants d’applications du principe de l’entonnoir

Lorsque vous checkez face à un joueur « maniaque » (ultra-agressif) qui mise constamment, vous appliquez le principe de l’entonnoir. Votre check le pousse à inclure trop de mauvaises mains dans sa range de mise, c’est pourquoi vous devriez régulièrement checker vos bonnes mains, et moins souvent celles vouées à être passées.

Lorsque vous faites un overbet à la turn contre un joueur très serré parce qu’une carte vous effraie, vous orientez un trop grand nombre de ses mains vers sa range de fold. Vous ne devriez donc faire cela qu’avec des mains qui recherchent la fold equity, c’est à dire des bluffs.

Ou imaginons un joueur passif très serré qui relance pré-flop et ne mise que s’il a touché au flop. Quand vous checkez face à lui, vous orientez trop de bonnes mains dans sa range de mise et vous découvrez gratuitement si vous ne devriez pas tout simplement passer une main très marginale. Pourquoi miser pour obtenir des informations, quand on peut checker ?

Quand vous misez à la rivière pour un tiers du pot contre une calling station, vous orientez un trop grand nombre de ses mains marginales dans sa range de call. Dans cette situation, vous devriez seulement miser si vous possédez une main de value. À contrario, face au joueur régulier prudent qui a peur de se faire « dépasser en value », vous pouvez effectuer la même petite mise alors que vous n’avez rien en main et faire passer beaucoup plus qu’il n’en faut pour que l’action soit profitable.

Orientations multiples

Il est parfois possible d’orienter la range de l’adversaire à plusieurs reprises au cours de la même main. En faisant cela, vous pouvez manipuler la range de votre adversaire pour la rendre extrêmement lisible et prévisible. Prenons en exemple cette main que Pete Clarke (l’auteur de l’article) a joué récemment :

À une table de NL100 Zoom, un adversaire inconnu mais ayant l’air de jouer serré-agressif ouvre depuis le bouton à 2,50 $, et je 3-bet à 11 $ depuis la petite blind avec 8♣ 8♠. La grosse blind passe, et le joueur au bouton suit.

Le flop (23 $) donne 7♠ 6♣ 2♠ et je c-bet pour 16,39 $. Cette grosse mise vise surtout à me protéger, et elle amoindrit la rentabilité d’un float de l’adversaire et de ses très nombreuses overcards. Une fois que j’ai effectué cette mise et que l’adversaire reste en jeu, je peux en toute certitude checker en cas de briques, et passer face à la plupart des éventuelles agressions à venir. Je serai suivi par des mains inférieures telles que 55, 44, 98s, 7x, et 6x : cette mise a donc un potentiel de value. Contre un adversaire moyen, en revanche, cette mise aura pour principal effet de trop l’orienter vers une paire, un brelan ou un tirage. En théorie, le joueur au bouton est censé suivre mon c-bet avec un main de type AQ ou supérieure en tirage backdoor, mais en pratique, c’est plutôt rare. Malheureusement, mon adversaire suit, ce qui m’indique qu’il détient une partie plus forte de sa range, mais il se produit ensuite quelque chose de très intéressant.

La turn (55,78 $) dévoile l’A♥, une carte qui bouleverse le jeu. Maintenant que la range de mon adversaire est truffée de mains moyennes qui sont supérieures à la mienne, une nouvelle occasion d’orienter sa range se présente à moi. Puisque la majorité des joueurs ne suivent pas avec Ax sauf en cas de tirages couleur au flop, la range de l’adversaire intègre à présent un grand nombre de deuxièmes paires. Bien que l’As ne soit pas une très bonne carte pour ma range, la plupart des joueurs ne se rendent pas compte à quel point mon Ax est faible quand j’effectue une grosse mise au flop. Je mise à présent la petite somme de 12,79 $ (moins d’un quart du pot). Le but de cette mise est d’orienter tous les 99-JJ de l’adversaire dans sa range de call, depuis laquelle je pourrai alors les orienter dans le muck en faisant tapis à la rivière. En même temps, je pousserai les brelans à relancer la plupart du temps, et certains de ses tirages pourraient se heurter à moi (pour autant qu’il résiste à ne pas faire un simple call). Si l’adversaire suit cette mise, sa range aura beaucoup de mauvaises paires.

L’adversaire suit ma petite mise à la turn comme c’est souvent le cas.

La rivière (81,36 $) est le K♠. Cette carte est un peu décevante dans le sens où les couleurs entrent maintenant en jeu. Cela étant dit, cette carte-là aurait fait partie d’un grand nombre de ses tirages couleur, c’est donc loin d’être le pire pique qui aurait pu tomber. Je fais tapis pour 59,82 $ (une mise visant à forcer l’adversaire à passer toutes ses combinaisons 99-JJ). Si l’adversaire joue de façon particulièrement timide, et s’il accepte de croire que ma range est bien plus forte qu’elle ne l’est en réalité, il pourrait même occasionnellement faire un hero fold et jeter une main comme AcXc.

Observez de quelle manière mes trois actions post-flop ont poussé l’adversaire à aller jusqu’à la rivière avec un trop grand nombre de paires servies moyennes, puis à les passer. Je suis essentiellement en train de construire un gros pot pour ensuite le rafler. Même si ce n’est pas ce que j’avais prévu au flop, c’est devenu une possibilité évidente quand la turn a donné une carte qui fait peur à la majorité de sa range au moment même où ma main était devenue extrêmement faible. Je n’ai plus qu’à me détendre et espérer éviter les couleurs et les hero calls.

L’adversaire prend 50 secondes pour réfléchir. Je me suis sûrement heurté à une grosse partie de sa range.

Et il finit par se coucher. La plupart des joueurs ne réfléchissent pas aussi longtemps avec TT. Comme me l’a fait remarquer l’un de mes élèves quand je lui ai montré cette main, il est fort probable que l’adversaire se soit couché avec un As. C’est une aubaine imprévue si les gens veulent jouer aussi serré contre moi.

 

Avertissement

N’essayez pas de deviner la façon dont vos mises orientent votre adversaire si vous n’en êtes pas certain. Quand vous débutez dans le poker, orienter les ranges peut se révéler dangereux car il faut une certaine expérience pour savoir quand et comment le faire. Mais une fois que vous saurez discerner correctement les réactions des différents types de joueurs habituels face à certaines lignes, vous provoquerez des dégâts considérables en orientant leurs ranges.

Loading Comments

Loading more content...